19/05/2014

TOURNENT, TOURNENT LES PAGES (5)

 "La PAIX n'est pas un état passif, mais actif.
Elle n'est pas une négation mais une affirmation.
C'est un GESTE aussi FORT que la guerre !
(Mary Roberts Rinehart)
 
"Survivrons-nous à l'abrutissement ?" 

IMG_3232.JPG 

Pourquoi ai-je choisi cette photo pour illustrer le texte (...que j'adooore) et qui suit.
Je l'ignore. Car j'aime beaucoup les ânes et ils sont bien plus malins que le dit la légende !
Justement : c'est peut-être la légende qui a dicté mon choix !
 
L’étranger...

Quelques années avant ma naissance, mon père connut un étranger
récemment arrivé dans notre village.
Depuis le début, mon père fut subjugué par ce personnage, si bien que nous en
arrivâmes à l’inviter à demeurer chez nous.
L’étranger accepta et depuis lors il fit partie de la famille.
Moi je grandissais, je n’ai jamais demandé d’où il venait,
tout me paraissait évident.
Mes parents étaient enseignants : ma maman m’apprit ce qu'était le bien et
ce qu'était le mal et mon père m’apprit l’obéissance.
Mais l’étranger c’était un conteur, un enjôleur.
Il nous maintenaient pendant des heures fascinés par ses histoires
mystérieuses ou rigolotes.
Il avait la réponse à tout ce qui concernait la politique, l’histoire ou les sciences.
Il connaissait tout du passé, du présent, il aurait presque pu parler du futur !
Il fit même assister ma famille à une partie de football pour la première fois.
Il me faisait rire et il me faisait pleurer.
L’étranger n’arrêtait jamais de parler, ça ne dérangeait pas ma Maman.
Parfois elle se levait, sans prévenir, pendant que nous continuions à boire ses
paroles, je pense qu’en réalité, elle était partie à la cuisine pour avoir un peu
de tranquillité.
(Maintenant je me demande si elle n’espérait pas avec impatience qu’il s’en aille.)
Mon père avait ses convictions morales, mais l’étranger ne semblait pas
en être concerné.
Les blasphèmes, les mauvaises paroles, par exemple, personne chez nous,
ni voisins, ni amis, s’y seraient permis.
Ce n’était pas le cas de l’étranger qui se permettait tout, offusquant mon père
et faisant rougir ma maman.
Mon père nous avait totalement interdit l’alcool.
Lui, l’étranger il nous incitait à en boire souvent.
Il nous affirmait que les cigarettes étaient fraîches et inoffensives, et que pipes
et cigares faisaient distingués.
Il parlait librement (peut-être trop) du sexe.
Ses commentaires étaient évidents, suggestifs, et souvent dévergondés.
Maintenant je sais que mes relations ont été grandement influencées par
cet étranger pendant mon adolescence.
Nous le critiquions, il ne faisait aucun cas de la valeur de mes parents,
et malgré cela, il était toujours là !

Cinquante ans sont passés depuis notre départ du foyer paternel.
Et depuis lors beaucoup de choses ont changé: nous n’avons plus
cette fascination.
Il n’empêche que, si vous pouviez pénétrer chez mes parents,
vous le retrouveriez quand même dans un coin, attendant que
quelqu’un vienne écouter ses parlotes ou lui consacre
son temps libre....
Voulez-vous connaître son nom?
 

Nous, nous l’appelons ....... Téléviseur!

Remarque:
Il faudrait que cette belle histoire soit lue partout.
Attention: maintenant il a une épouse qui s’appelle Ordinateur !

...et un fils qui s’appelle Portable!

et un neveu pire que tous ! Lui c’est le SMART PHONE

 
 
renardeau.jpg
 Bouche cousueBouche cousueBouche cousue
 
 InnocentInnocent
 
  
IMG_2646.JPG
"Je suis, d'un pas rêveur, le sentier solitaire;
J'aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois..."
Lamartine
IMG_2697.JPG
 
Arbres, symboles de force et de paix...
IMG_3973.JPG
IMG_3920.JPG
IMG_4580.JPG
 
IMG_3885.JPG

IMG_2414.JPG

... ou tout le miroir des pensées parfois poétiques.

IMG_3867.JPG
Ou la perspective d'une chaleur hivernale.

IMG_3936.JPG